Corruption en Haltérophilie L’affaire Tamas Ajan

par | Mai 20, 2022 | Non classé | 0 commentaires

L’haltérophilie a été vulnérable à l’attrait des drogues améliorant la performance tout au long de son histoire. Le sport demande une technique parfaite, ce qui est important, mais la force physique est primordial. Comme les athlètes dans la plupart des sports, les haltérophiles ont essayé de contourner les limites de leur corps en succombant, sciemment ou non, aux produits dopants depuis les premiers Jeux olympiques.

 

Quelques instants avant que les haltérophiles ne tentent un exploit surhumain, ils aiment tenir une capsule d’ammoniaque contre leur nez, sniffer profondément et sentir une énorme décharge d’adrénaline traverser leur corps. Mais malheureusement il faudra bien plus que ça pour raviver la réputation de l’haltérophilie après la publication d’une enquête indépendante époustouflante publié par le professeur de droit canadien, Richard McLaren en 2020. Entre corruption, favoritisme, dissimulations, et pots-de-vin, tout est là dans un rapport de 122 pages.

 

L’ENQUETE DE MCLAREN ET SON ÉQUIPE

 

Le documentaire ARD qui a déclenché cette enquête n’est pas la première fois que l’haltérophilie s’est retrouvé au centre d’allégations de dopage. Le Dr Tamas Ajan, en sa qualité de général secrétaire ou président, a présidé les nombreuses décennies de scandales de dopage qui ont affecté le sport.

 

L’équipe indépendante de McLaren a enquêté sur les déclarations présentées à la fois par le documentaire de l’ARD mais aussi par d’autres témoins. Celles-ci comprenaient des accusations selon lesquelles les résultats des tests positifs avaient été intentionnellement retardés, cachés ou manipulés afin de protéger certains athlètes ou pays « favorisés » contre la détection et la sanction. Ces pays soi-disant favorisés étaient ceux qui soutenaient le président et bénéficieraient également soit de moins de contrôles hors compétition et/ou connaissez à l’avance les dates des tests. Il a été affirmé que ces pays avaient pu contourner les procédures normales de contrôle antidopage en versant des pots-de-vin au contrôle antidopage (DCO), l’Autorité de prélèvement d’échantillons (SCA) et/ou l’IWF elle-même, peut-être avec des arrangements pris ou tolérés par le Dr Ajan.

 

Les chiffres sont impressionnants, l’enquête de McLaren a révélé que plus de 10 millions de dollars n’étaient pas comptabilisés dans les livres de la Fédération internationale d’haltérophilie, que 40 athlètes testés positifs au dopage avaient été dissimulés et que des votes avez étaient achetés pour assurer la réélection de l’ancien président, le Dr Tamas Ajan. Et tout ça, ce n’est que le début.

TAMAS AJAN : PRÉSIDENT DE L’IWF 

DES MILLIONS DE DOLLARS, DISPARUS

 

Le Hongrois, haut responsable du sport depuis 1976, a également « dirigé l’IWF comme s’il s’agissait de son fief personnel », a conclu Richard McLaren. Son équipe a également établi qu’Ajan était « la seule personne à effectuer tous les dépôts en espèces sur les comptes bancaires de l’IWF. » et « des millions de dollars de retraits d’espèces effectués par Tamas Ajan n’ont jamais été enregistrés. »

 

Un témoin confidentiel a déclaré à l’équipe d’enquête de McLaren qu’à un moment donné, Ajan a même appelé le chef de la fédération albanaise d’haltérophilie pour lui lancer un ultimatum : payer une amende de 100 000 $ pour dopage, évidemment en espèces, ou alors son équipe n’irait pas aux Jeux olympiques de Rio.

Un expert en blanchiment d’argent cité dans le rapport de McLaren a décrit le mode opératoire d’Ajan comme apparemment « symptomatique de corruption ou d’activité criminelle ».

 

DE NOUVELLES RÈGLES = DE NOUVELLES TECHNIQUES

 

En 2005, l’IWF a adopté de nouvelles règles dans son programme antidopage imposant des amendes aux fédérations membres pour de multiples résultats de dopage positifs, dans le but de les dissuader.

Cette règle est restée en place de 2005 jusqu’à 2017, les amendes étaient la principale méthode pour sanctionner une fédération pour dopage. C’est d’ailleurs avec ces amendes que Tamas Ajan a collecté de grosses sommes d’argent.

Après 2017, les règles ont changé et les fédérations membres ont perdu leur capacité à pouvoir « acheter » la levée de leur sanction. Elles devaient maintenant purger une période obligatoire de suspension en plus de l’amende.

Mais évidemment avec le système mis en place, les amendes pouvaient toujours être négociées, et les sanctions pouvaient être suspendues ou retardées pour certains pays.

 

L’ASSURANCE D’ETRE RÉÉLU

 

Les enquêteurs ont également découvert une lettre supprimée adressée à Ajan par le président du Comité national olympique d’Azerbaïdjan en 2016, le remerciant d’avoir retardé les suspensions pour dopage de certains haltérophiles azéris afin qu’ils puissent concourir. Le rapport de McLaren note aussi que les élections présidentielles de 2013 et 2017 étaient « étonnamment sujettes à la corruption », Ajan assurant sa présidence « en versant aux fédérations membres des pots-de-vin en espèces allant de 5 000 à 30 000$ pour voter pour lui et son équipe ».

 

La question est, pourquoi tout cela a-t-il mis si longtemps à être révélé ? Une partie de l’explication, sûrement, est qu’Ajan avait établi une culture de la peur, McLaren rapporte également : « Il a déclaré à un témoin confidentiel qu’il pouvait salir les échantillons de leurs athlètes. » Tamas Ajan a également déclaré à Nicu Vlad, président de la Fédération roumaine et ancien champion Olympique : « N’oublie pas, la prochaine fois, nous devons décider des pays qui pourront ou non participer aux Jeux olympiques, nous déciderons qui sera à Tokyo et qui ne le sera pas. »

NICU VLAD : PRÉSIDENT DE LA FÉDÉRATION ROUMAINE 

UN MANQUE DE SURVEILLANCE ?

Le manque de surveillance financière doit être un autre facteur. Jusqu’en 2009, le travail du comité des auditeurs internes de l’IWF consistait à « se rendre à Budapest, collecter 100$ ou une bouteille de whisky et écouter Ajan dire : « Voilà, voici les documents. Signez-les et nous allons dîner. »

 

« Les gens pourris dans les fédérations sportives pourries s’en tirent largement parce qu’il n’y a pas de shérif pour les surveiller, pas de juge des sports pour emprisonner les mécréants. Personne ne s’en soucie assez. »

 

Le Comité international olympique, dont l’argent maintient à flot de nombreuses organisations sportives, pourrait le faire bien qu’il ait jusqu’ici montré peu de motivation.

En effet, le rapport de McLaren raconte que lorsque le Dr Antonio Urso, président de l’European Weightlifting, s’est plaint qu’il manquait des millions de dollars sur les comptes bancaires suisses de l’IWF il y a plus de dix ans, rien n’a été fait. Depuis la publication du rapport, le CIO a publié une déclaration notant le contenu « profondément préoccupant » du rapport de McLaren et s’engageant à « soutenir les efforts » de l’IWF pour réformer sa gouvernance.

 

La solution, sûrement, aurait été qu’un exécuteur indépendant, doté d’une force d’investigation sérieuse, examine de plus près les instances sportives internationales. Pourquoi pas Richard McLaren et son équipe d’ailleurs, compte tenu de leur bilan en haltérophilie et, avant cela, du dopage parrainé par l’État russe. Il y a cependant un problème évident : qui le financerait ? Dans l’état actuel des choses, ce sont généralement les journalistes qui font la première lumière sur ce genre d’affaire. McLaren lui, a commencé son enquête à la demande de l’IWF.

 

LA FIN POUR TAMAS AJAN

 

Ajan a affirmé que les allégations portées contre lui n’étaient pas fondées et a déclaré qu’il souhaitait « entretenir une relation étroite avec l’IWF et la famille de l’haltérophilie ». Cependant, les découvertes étonnantes du rapport de McLaren suggèrent que c’est peu probable.

 

Ajan a reçu l’ordre de démissionner de son poste de président en janvier à la suite du rapport de l’ARD et a finalement abandonné le combat et a démissionné le 15 avril 2020.

5/5 - (2 votes)

Suivez-nous sur les réseaux :

POUR LES HALTEROS :

D’AUTRES ARTICLES