Haltérophilie : choisir sa catégorie de poids !

par | Nov 3, 2021 | Conseils pour l'haltérophilie | 1 commentaire

Comme vous le savez, l’haltérophilie est un sport à catégorie de poids. Contrairement à d’autres sports à catégories, la pesée s’effectue 2h avant de concourir et non la veille de la compétition. La possibilité d’utiliser des méthodes déshydratation pour descendre significativement en poids pour la compétition est donc limitée. En effet, 2h ne sont pas suffisantes pour permettre à l’athlète de se réhydrater. Et, comme vous vous en doutez : déshydratation et performance physique ne font pas bon ménage.

Sachant qu’il est donc difficile de manipuler son poids pour les compétitions, la question se pose donc : dans quelle catégorie de poids dois-je concourir ?

Pour répondre à cela, il faut prendre en compte de nombreux facteurs : taille, poids habituel, capacité à prendre/perdre du poids, le type d’athlète (haut niveau/loisir), le profil (efficace/force) etc…

 

Pourquoi faut-il remplir sa catégorie de poids ?

 

Avant de parler du choix de la catégorie de poids dans laquelle concourir, nous allons tout d’abord vous exposer pourquoi, à nos yeux, un athlète faisant de la compétition doit essayer de remplir sa catégorie de poids. Par remplir sa catégorie de poids, nous entendons être le plus proche possible de la limite supérieure de la catégorie de poids dans laquelle l’athlète concourt.

Si avant il existait la règle du “en cas d’égalité au total, le plus léger l’emporte”, maintenant, c’est le premier athlète à avoir réalisé le total (ou le mouvement) qui remporte le titre, peu importe son poids. Donc, il n’y a pas d’avantages à être le plus léger du plateau lors d’un événement. 

De plus, un haltérophile suivant un programme censé gagnera du muscle s’il prend du poids et donc de la force. Il prendra également du gras, nous sommes d’accord. Mais le fait est que, prendre quelques kilos pour remplir une catégorie de poids vous rendra plus fort. 

Donc, n’ayant plus aucun avantage à être plus léger, autant être le plus fort possible lors des compétitions.

 

Poids de croisière et capacité à prendre ou à perdre du poids

 

C’est le point de départ à prendre en compte. Quel poids fait l’haltérophile en question ? A-t-il plutôt des facilités à grossir ou à maigrir/sécher ?

Pour une échéance à moyen/court termes, un athlète de 85kg ayant des facilités à grossir sera plus à l’aise en 89 qu’en 81. Les minimas seront certes plus élevés, mais il est bien plus facile de performer et de battre des records après avoir gagné quelques kilos plutôt qu’après avoir perdu du poids. 

Toutefois, un athlète ayant des facilité à perdre du poids sera probablement plus à l’aise à descendre en 81 pour avoir des minimas plus accessibles plutot que de se tuer à prendre du poids. 

Attention, il peut être intéressant de perdre du poids pour quelqu’un d’un peu gras. Toutefois, pour quelqu’un particulièrement athlétique, une perte de poids induirait une perte de muscle conséquente ce qui n’est pas idéal pour performer. C’est pour cela que chez nous, nous sommes plutôt partisans d’essayer de remplir la catégorie de poids supérieure à notre poids de croisière. Bien sûr, si le poids de croisière de l’athlète est seulement 1 ou 2 kg au-dessus d’une catégorie, il suffit de faire un poil attention à la diète et à l’hydratation pour arriver au poids le jour J. Dans ce cas, il est intéressant de descendre car la descente n’induira pas de perte de capacité physique.

 

Les ambitions de l’haltérophile

 

C’est également un critère à prendre en compte. Un haltero avec des ambitions de haut niveau sera capable de réaliser des réels efforts pour atteindre la meilleure catégorie de poids adaptée à son profil. Un athlète qui fait de l’haltérophilie comme sport loisir et qui fait des compétitions pour se challenger sans chercher à réellement performer à tout prix sera moins intéressé par optimiser sa catégorie de poids.

Donc ne forcez pas un athlète outre mesure et respectez ses ambitions et ses choix. Ce n’est pas parce que, après analyse, la catégorie optimale pour tel athlète est la caté des -96 kg, qu’il faut le forcer à essayer de prendre 10kg. 

 

Le profil de l’athlète

 

En général, les athlètes peuvent être classés en deux catégories : les athlètes forts et les athlètes efficaces. A haut niveau, les rares athlètes qui arrivent à cumuler les deux qualités se retrouvent souvent sur les marches les plus élevées du podium. 

Prenons deux extrêmes pour imager cela, notre Français Redon Manushi et l’américain s’entrainant à california strength Nathan Damron. Les deux sont dans la catégorie des -96 kg.

Le premier a arraché 175 kg avec un back squat à 230 kg. Il a donc arraché à 76% de son squat.

Le second à arraché 170 kg avec un back squat aux alentours des 300 kg. Il a donc un arraché à 57% de son squat.

Le premier à des qualités techniques extrêmes et le second des qualités de force extrêmes, et les deux peuvent tirer sur le même plateau. L’haltérophile français mesure 1m86 et l’Américain mesure 1m70.

 

Pourquoi est-ce que je vous parle de la taille ?

 

En général, les athlètes efficaces peuvent se permettre d’être un peu plus grand que la taille moyenne de leurs catégories comme ils arrivent à mieux optimiser leurs lifts avec une force légèrement moindre. Ils peuvent donc se permettre d’être un peu moins fort que leurs concurrents.

Et, à contrario, les athlètes avec une dominante de force seront souvent moins grands que la taille moyenne de leur catégorie. Car, pour développer plus de force que la moyenne pour compenser leur manque d’efficacité, ils auront besoin de plus de masse musculaire.

Pour les JO de 2012, les tailles moyennes par catégorie étaient :

Femmes : 48 kg – 149 cm / 53 kg – 156 cm / 58 kg – 158 cm / 63 kg – 164 cm / 69 kg – 161 cm / 75 kg – 165 cm / 175+ kg – 170 cm 

Hommes : 56 kg – 157 cm / 62 kg – 159 cm / 69 kg – 165 / 77 kg – 170 cm / 85 kg – 173 cm / 94 kg – 176 cm / 105 kg – 180 cm / +105 kg – 186 cm

 

Vous pouvez retrouver le détail des tailles moyennes des athlètes des JO de 2012 ici :

https://public.tableau.com/app/profile/gregor8566/viz/AverageHeightAgeperWeightClass/Sheet1 

Et ceux de 2004, dans l’article d’Iron Mind suivant :

https://ironmind.com/articles/jim-schmitz-on-the-lifts/Your-Power-Zone/ 

Vous pouvez comparer vos tailles avec les tailles de ces catégories et voir, en fonction de votre efficacité, si vous devriez changer de catégorie. Si vous êtes 10 cm plus grands que la moyenne de votre catégorie et que vous avez un profil plutôt à dominante force, songez à monter d’une ou deux catés.

 

Comment savoir si vous avez plutôt un profil technique ou plutôt un profil de force ?

 

Pour regarder l’efficacité d’un haltéro, on regarde en général le ratio arraché/back squat et épaulé-jeté/ back squat.

Si vous avez un ratio arraché/squat en dessous de 60%, vous aurez plutôt un profil de force. Et, si votre ration est au-dessus de 60% vous aurez un profil efficace.

Attention, les ratios doivent être utilisés avec précaution. Il s’agit de généralités, cela permet d’identifier des tendances, mais il ne faut pas leur faire une confiance aveugle, les exceptions existent. Cet article est à but indicatif, comprenez l’idée, mais sachez que d’autres facteurs pourraient mériteraient également d’être pris en compte : l’explosivité de l’athlète, sa morphologie (ratio jambes/buste) etc..

Clément SEMIROT

athlète à

POWERCAMP

5/5 - (3 votes)

Suivez-nous sur les réseaux :

POUR LES HALTEROS :

D’AUTRES ARTICLES